Dany Gagnon, entrepreneur en série

Dany Gagnon, vice-président de Chrono Aviation, savait dès son plus jeune âge qu’il allait devenir entrepreneur. Encouragé par son père, il possédait déjà à 15 ans une petite entreprise d’animation de soirées d’une quinzaine d’employés. Il a ensuite fait carrière comme animateur de radio et de télévision pendant 20 ans tout en multipliant les projets en entrepreneuriat. Entretien avec un homme aux multiples talents, passionné du monde des affaires.

À 15 ANS, VOUS ÉTIEZ DÉJÀ À LA TÊTE D’UNE ENTREPRISE. RACONTEZ-NOUS. 

Mon père était un entrepreneur aguerri. Il a eu des restaurants, des bars, des manufactures de chocolat, des dépanneurs. Très jeune, je travaillais pour lui et je rêvais moi aussi de devenir entrepreneur. À 13 ans, j’ai fait de la disco mobile : j’arrivais chez des gens avec un équipement complet de son et j’animais des soirées dansantes. J’aimais tellement ça qu’à 15 ans, j’ai voulu racheter l’entreprise qui m’embauchait. J’ai demandé à mon père de me donner 40 000 $. Il m’a répondu qu’il ne m’aiderait qu’une seule fois dans ma vie, donc qu’il fallait que je réfléchisse bien à ma décision. J’ai acheté l’entreprise et je l’ai fait passer de deux à sept unités mobiles. À 15 ans, j’avais 20 employés et pas encore mon permis de conduire! 

À 19 ANS, VOUS ÊTES ENSUITE DEVENU JOURNALISTE, PUIS ANIMATEUR RADIO. ÉTAIT-CE VOTRE RÊVE? 

Oui, animer des soirées m’avait donné l’envie de devenir un animateur connu. Je suis d’abord rentré à TQS comme journaliste. En 1998, j’ai couvert la guerre des motards. J’étais dans le feu de l’action et j’adorais cela. Mais j’avais aussi des rêves d’entrepreneur. Parallèlement, j’ai ouvert un bar avec mon frère et un resto avec un ami. J’avais entendu dire qu’être animateur à la radio ou à la télé, c’était être assis sur un siège éjectable. J’avais donc toujours cette crainte en tête, même si ma carrière allait bien. Rapidement, je suis devenu une étoile montante, j’animais plusieurs émissions de radio et de télé. Dans mon entourage, j’avais des amis pilotes, dont Vincent Gagnon, mon partenaire d’affaires actuel. Un jour qu’il m’avait invité à faire un tour dans son avion, j’ai eu le malheur de lui dire que ça avait l’air bien facile de piloter. Quelques jours plus tard, sur la route de l’aéroport, il s’est arrêté devant une école en me disant : « Si ça a l’air si facile, inscris-toi! » Je me suis inscrit à une formation à temps partiel et je suis devenu pilote deux ans plus tard. 

Mon père était un entrepreneur aguerri. Il a eu des restaurants, des bars, des manufactures de chocolat, des dépanneurs. Très jeune, je travaillais pour lui et je rêvais moi aussi de devenir entrepreneur.

VOUS MENIEZ DONC DEUX CARRIÈRES DE FRONT: CELLE DE PILOTE ET CELLE D’ANIMATEUR RADIO ET TÉLÉ? 

Oui… Comme les tournages de mes émissions se faisaient en rafale, cela me laissait du temps pour aller voler. En 2005, j’ai racheté une petite compagnie aérienne au père d’un de mes amis. Comme elle n’était ouverte que l’été, c’était viable. Cette expérience a d’ailleurs été très formatrice pour ce qui allait s’ensuivre avec Chrono Aviation. C’est avec cette entreprise que j’ai appris à gérer une compagnie aérienne.

COMMENT EST ENSUITE VENUE L’IDÉE DE CRÉER CHRONO AVIATION?

En 2010, un ami qui avait une compagnie d’aviation m’a proposé de la reprendre. Ça n’a pas marché, mais ça a fait germer en moi l’idée que je pouvais avoir ma propre entreprise dans ce domaine. Puis, en 2012, j’ai revu un jour mon ami Vincent Gagnon, toujours pilote chez Air Canada. De mon côté, j’avais acquis un bagage de gestion de compagnie aérienne. J’avais aussi de l’expérience en marketing, puisque chez TQS je participais beaucoup à la création de l’image de marque. On a donc décidé, Vincent et moi, de lancer notre entreprise.

COMMENT ENVISAGEZ-VOUS VOTRE AVENIR D’ENTREPRENEUR?

À plus long terme, j’aimerais aider les jeunes entrepreneurs à trouver la voie du succès. Mon rêve est d’avoir 1 % de 20 entreprises plutôt que 100 % d’une seule. Je me passionne davantage pour l’entrepreneuriat que pour un domaine précis. Je suis un entrepreneur en série.

Share Post